AccueilClownRoulotteImagesHistoriquePresseContact

Dernière mise à jour: 26 avril 2012.

«Notre civilisation est à certains égards inhumaine, profondément inhumaine,
parce qu'elle a opté pour le plus contre le mieux,
c'est-à-dire pour la quantité plutôt que la qualité.
On pourrait aussi dire pour «l'avoir» plutôt que «l'être».
Cela donne des hommes vides aux mains pleines...»
Théodore Monod


La roulotte


L' Escargoéland, c'est une roulotte dont l'histoire remonte à l'an 2000,
alors que je n'étais qu'un parisien d'adoption,
qui marinait dans le «monde merveilleux» du dessin animé.

C'est une roulotte moderne avec électricité solaire et chauffage au bois.
A vide, elle pèse 1,5 tonne et elle est tractable par deux chevaux de trait.


En savoir plus sur l'attelage ou la roulotte…

Fin avril 2012

Les colzas sont en fleurs et les giboulées s'enchaînent. Un très long poids lourd est venu charger la roulotte. Le chauffeur est plutôt sympathique et avec un coup de main d'ARSIMED, l'embarquement se passe sans problème.

Voilà, la page est tournée, la roulotte est partie vers d'autres horizons et je crois que c'est la dernière mise à jour que fais pour ce site mais je le laisserai en ligne tant que ce sera possible. N'hésitez pas à aller voir le bonus et les photos de la construction de la roulotte.

transport1transport2 transport3 transport4 transport5 transport6

Janvier 2012 - Epilogue

Voilà maintenant près de 3 ans que je n'habite plus la roulotte. Le retour dans une habitation normale n'a pas posé de problème, c'est un terrain connu, mais l'expérience du nomadisme m'a donné une nouvelle perspective de ce qu'est l'habitat. Du point de vue environnemental, je voudrais maintenant tendre vers d'autres solutions comme celle du refuge de Sarenne.

La roulotte quant à elle est vendue depuis plus d'an, et le nouveau propriétaire ne va pas tarder à venir en prendre livraison.


Mise au point (janvier 2008)

Ces derniers mois, on m'a demandé régulièrement si j'avais retrouvé de nouveaux chevaux, mais pour moi la question n'est pas là, la question n'est plus là. Des chevaux il y en a, quitte à les dresser.

Une autre priorité est apparue avec le recul, après 2 ans de vie avec 2 juments dont 3 mois de "voyage test" avec la roulotte: si je repars, c'est avec quelqu'un d'autre (idéalement), ou même pourquoi pas avec une deuxième roulotte, et cela pour plusieurs raisons. Posséder des chevaux et voyager avec, demande une telle présence et disponibilité d'esprit qu'il me paraît difficile voire impossible de pratiquer une activité (de création qui plus est!) en parallèle, à moins de partager cette responsabilité. L'attelage traditionnel se pratique au minimum à deux, essentiellement pour des raisons de sécurité. Pour une seule personne ça n'est pas impossible, mais dans ces conditions et de mon point de vue, il ne faut plus faire que ça… Or, dans la perspective de mon projet, le voyage est un moyen, pas un but.

Quand je dis «quelqu'un d'autre», c'est une personne qui connaît un minimum les chevaux ou souhaite apprendre et qui en plus partage mes aspirations… (Ouai, c'est beaucoup demander je sais, et ça m'étonnerait que je puisse trouver cette perle rare «sous le pas d'un cheval»… ni même sur "Meetic"! quoique ;-) Par ailleurs, si mon expérience d'itinérant en roulotte devait s'arrêter là, je ne forcerai pas le destin. On verra bien ce que la Vie me réserve… à la grâce de Dieu, inch' Allah, et tutti quanti…!

Quoiqu'il en soit, pour l'heure l'Escargoéland est une roulotte-sédentaire (!). Je me concentre principalement sur la création d'images avec l'ouverture d'un autre site dans les mois qui viennent, ce qui est encore potentiellement compatible avec le nomadisme. J'ai la chance de stationner dans un bel endroit et proche d'amis qui me soutiennent depuis le début de cette aventure. Merci encore à eux!


1er voyage: été 2006 et son itinéraire


© 2008 L' Escargoéland